Dans la cuisine : chlorure de sodium et chlorure de magnésium

Dans la cuisine : chlorure de sodium et chlorure de magnésium

chlorure de magnésium, cuisine.

Le sel de table (chlorure de sodium) constitue l’un des défis majeur de santé publique. Les besoins vitaux se limitent à environ 2 g/jour pour un adulte, l’OMS (Organisation mondiale pour la santé) en recommande un maximum de 5 g/ jour, et un Français en consomme en moyenne plus de 10 g/ jour ! Surdose de sodium, déficit de magnésium… dans quelle mesure est-il possible de substituer l’un à l’autre ? Le goût du chlorure de magnésium (pas toujours apprécié… à juste titre) est plus amer que salé, et il ne pourra pas remplacer le sel de table dans sa totalité. Mais il est possible de substituer progressivement la moitié du chlorure de sodium par du chlorure de magnésium en conservant un agrément gustatif satisfaisant.

Cependant, quid de l’incidence de cette substitution sur les apports en magnésium ? Rappelons que le chlorure de magnésium le plus facile à se procurer dans le commerce (principalement en pharmacie) est associé à 4,5 molécules d’eau (MgCl24,5H2O) et apporte un peu moins de 140 mg d’élément magnésium pur par gramme (pour les détails, voir le chapitre « Le chlorure de magnésium pratique » ). Il suffirait donc de remplacer un peu plus de 2 g de sel de table par du chlorure de magnésium pour rejoindre les doses recommandées. Mais rappelons également que l’absorption du magnésium sous forme de chlorure de magnésium par le système digestif ne se fait qu’à hauteur de plus ou moins 1/3, ce qui permet d’envisager une substitution dans des proportions plus importantes.

L’utilisation de nigari, bien que plus économique et plus écologique (le nigari est tiré directement de l’eau de mer sans synthèse chimique) est néanmoins plus délicate car plus difficile à doser. Le nigari de Celnat, par exemple, annonce une teneur en chlorure de magnésium d’un peu moins de 60 % pour une humidité résiduelle de 30 %, mais il n’a pas été possible d’obtenir confirmation de ces chiffres.

Rappelons d’autre part que la supplémentation en chlorure de magnésium est impossible dans les cas de néphrite et d’insuffisance rénale.

La substitution du chlorure de sodium par du chlorure de magnésium ne doit donc se pratiquer a priori que sous forme de cure, comparable à la prise de 1 ou 2 verres par jour d’une solution de chlorure de magnésium à 20 g/l qui dure une vingtaine de jours.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucun vote pour ce billet)

Avertissement  :

Toutes les informations mises à disposition sur ce blog le sont de bonne foi, et en l’état actuel de nos connaissances. Elles résultent de la compilation de nombreux ouvrages sur le magnésium et le chlorure de magnésium, d’échanges par écrit et par oral avec des professionnels de santé et des spécialistes de la fabrication du chlorure de magnésium, ainsi que d’expérimentations personnelles dans le cadre domestique et privé. Elles ne dispensent pas l’internaute lecteur de prendre les précautions d’usage dans la mise en pratique de ces suggestions d’utilisations. Dans le domaine du bien–être et des soins corporels en particulier, il est important de répéter que le chlorure de magnésium n’est pas un médicament et que la lecture des articles de ce blog ne dispense en aucun cas de consulter un médecin. L’attention des patients sous traitement doit aussi être attirée sur le fait que le chlorure de magnésium peut éventuellement interférer avec certains médicaments. Dans le doute, l’avis d’un professionnel de santé devra sans faute être sollicité.


Une réflexion au sujet de « Dans la cuisine : chlorure de sodium et chlorure de magnésium »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *