Peau : acné, irritations, démangeaisons, peau terne, taches

La peau et le chlorure de magnésium

Les effets des sels halogénés de magnésium sur la peau avaient semblé si intéressants au professeur Pierre Delbet qu’il les avait réunis dans une crème, Cytodelbiase (voir le paragraphe « Delbiase (et Cytodelbiase) » ). La composition de Cytodelbiase a évolué, et elle intègre aujourd’hui des ingrédients qui n’avaient pas été prévus par le professeur Delbet, mais elle reste sans doute un moyen sûr et pratique d’apporter du magnésium directement aux cellules de la couche superficielle de la peau.

Peau : acné, irritations, démangeaisons, peau terne, taches

Le chlorure de magnésium, l’acné, les irritations, les démangeaisons, les peau terne, les tache.

Une recette est proposée par Régine Quéva dans son ouvrage Les Bienfaits du chlorure de magnésium : dans un pot hermétique, mélanger 1 cuillerée à café d’argile blanche, 1 cuillerée à café de chlorure de magnésium, 1 cuillerée à café de bicarbonate de soude (bicarbonate de sodium) et de la vaseline, jusqu’à l’obtention d’une pâte souple, et appliquer celle-ci sur la peau. Chacun des composants ayant individuellement des vertus dermatologiques reconnues et le mélange des trois avec la vaseline devant être a priori stable, on peut penser que cette formulation est en mesure de calmer les irritations et d’adoucir la peau…

Des témoignages mentionnent un éclaircissement et une amélioration du grain de la peau après une cure de magnésium. Mais d’autres témoignages mettent en garde contre des éruptions d’acné beaucoup plus importantes dès les premiers jours d’une cure de magnésium. Enfin, d’autres assurent que cette recrudescence est suivie par une amélioration et une quasi-disparition de l’acné. Difficile de s’y retrouver… À chacun, donc, de tester l’effet de la cure de magnésium en ne négligeant jamais de dialoguer avec son médecin traitant, et en l’occurrence son dermatologue, qui reste l’interlocuteur incontournable pour toute manifestation pathologique au niveau cutané.

Au Japon, il est fréquent de trouver des lotions enrichies de sels de magnésium, et en particulier à base de nigari, pour divers usages en dermatologie et pour le simple nettoyage de la peau. Se nettoyer la peau du visage et d’autres parties du corps avec un coton imbibé de chlorure de magnésium peut constituer un bon compromis. Il est généralement très bien toléré et le rinçage n’est pas absolument nécessaire.

Fabrication du tofu

Fabriquer le tofu avec du chlorure de magnésium

Le chlorure de magnésium, ou, mieux, le nigari, est l’un des moyens de faire cailler et coaguler le lait de soja, ingrédient de base pour la fabrication du tofu.

Ingrédients : 1 l de lait de soja et 1 cuillerée à café de nigari ou de chlorure de magnésium.

  • Diluer le nigari dans 1/2 verre d’eau.
  • Faire chauffer le lait de soja jusqu’à ébullition dans une casserole.
  • Après avoir coupé le feu, verser doucement le nigari dilué dans la casserole tout en battant avec un fouet.
  • Laisser cailler pendant 15 à 20 min jusqu’à refroidissement.
  • Laisser égoutter pendant 1 h environ dans une passoire ou un moule à tofu.
  • Presser pendant 20 min en maintenant un poids sur la préparation, ou verser dans un moule à faisselle.
  • Lorsque le tofu est suffisamment compact, rincer le bloc sous l’eau froide et le conserver dans une boîte hermétique remplie d’eau.
  • Le tofu se conserve au réfrigérateur au maximum 1 semaine, idéalement en changeant l’eau tous les jours (au minimum toutes les 48 h), mais il est meilleur le plus frais possible.
  • Il est possible d’agrémenter le tofu d’herbes fraîches ou sèches, de condiments…
Fabrication du tofu

Le chlorure de magnésium, fabrication du tofu.

Dans la cuisine : chlorure de sodium et chlorure de magnésium

Dans la cuisine : chlorure de sodium et chlorure de magnésium

chlorure de magnésium, cuisine.

Le sel de table (chlorure de sodium) constitue l’un des défis majeur de santé publique. Les besoins vitaux se limitent à environ 2 g/jour pour un adulte, l’OMS (Organisation mondiale pour la santé) en recommande un maximum de 5 g/ jour, et un Français en consomme en moyenne plus de 10 g/ jour ! Surdose de sodium, déficit de magnésium… dans quelle mesure est-il possible de substituer l’un à l’autre ? Le goût du chlorure de magnésium (pas toujours apprécié… à juste titre) est plus amer que salé, et il ne pourra pas remplacer le sel de table dans sa totalité. Mais il est possible de substituer progressivement la moitié du chlorure de sodium par du chlorure de magnésium en conservant un agrément gustatif satisfaisant.

Cependant, quid de l’incidence de cette substitution sur les apports en magnésium ? Rappelons que le chlorure de magnésium le plus facile à se procurer dans le commerce (principalement en pharmacie) est associé à 4,5 molécules d’eau (MgCl24,5H2O) et apporte un peu moins de 140 mg d’élément magnésium pur par gramme (pour les détails, voir le chapitre « Le chlorure de magnésium pratique » ). Il suffirait donc de remplacer un peu plus de 2 g de sel de table par du chlorure de magnésium pour rejoindre les doses recommandées. Mais rappelons également que l’absorption du magnésium sous forme de chlorure de magnésium par le système digestif ne se fait qu’à hauteur de plus ou moins 1/3, ce qui permet d’envisager une substitution dans des proportions plus importantes.

L’utilisation de nigari, bien que plus économique et plus écologique (le nigari est tiré directement de l’eau de mer sans synthèse chimique) est néanmoins plus délicate car plus difficile à doser. Le nigari de Celnat, par exemple, annonce une teneur en chlorure de magnésium d’un peu moins de 60 % pour une humidité résiduelle de 30 %, mais il n’a pas été possible d’obtenir confirmation de ces chiffres.

Rappelons d’autre part que la supplémentation en chlorure de magnésium est impossible dans les cas de néphrite et d’insuffisance rénale.

La substitution du chlorure de sodium par du chlorure de magnésium ne doit donc se pratiquer a priori que sous forme de cure, comparable à la prise de 1 ou 2 verres par jour d’une solution de chlorure de magnésium à 20 g/l qui dure une vingtaine de jours.

Le chlorure de magnésium et la thyroïde

Thyroïde

chlorure de magnésium, thyroïde.

L’association du chlorure de magnésium et de l’iode semble donner de bons résultats pour faire régresser, voire disparaître, les nodules de la thyroïde qui peuvent à terme se cancériser. Il est d’ailleurs dommage que le Delbiase d’origine, qui contenait de l’iodure de magnésium, se soit vu privé de cette molécule. Une bonne solution est de consommer du nigari, extrait du sel marin, qui contient de l’iode résiduel, ou de veiller à consommer un sel correctement iodé (ce qui est souvent le cas, le sel étant même souvent conjointement « iodé » et « fluoré », ce qui n’est pas forcément utile si l’on est déjà suffisamment supplémenté en fluor d’autre part). Dans le doute, un sel marin naturel et non raffiné est d’ailleurs préférable à un sel gemme purifié et auquel auront été ensuite ajoutés de l’iode ou du fluor d’origine synthétique. La consommation d’algues, naturellement fortement chargées en iode, peut être utile également.

En termes de dosage, Marie-France Muller dans son ouvrage Le Chlorure de magnésium. Un remède miracle méconnu (Éditions Jouvence) suggère de prendre 2 comprimés de Delbiase par jour, correspondant à 2 verres de 100 ml de chlorure de magnésium à 20 g/l. Pour ce type de dosage, la durée des cures ne devra pas excéder 20 jours afin d’éviter toute potentielle fatigue rénale.

Comment se procurer le chlorure de magnésium (et le nigari)

Le chlorure de magnésium pur en poudre est maintenant disponible dans toutes les pharmacies. Il se présente sous forme d’un sachet de 20 g conditionné par le laboratoire COOPER (COOPER, Coopération pharmaceutique française, place Lucien-Auvert, 77020 Melun Cedex– www.cooper.fr). COOPER est une grosse entreprise qui vend aux pharmaciens une large gamme de produits, des plus simples aux plus compliqués. En ce qui concerne le magnésium, COOPER commercialise à la fois le chlorure de magnésium pur et une spécialité formulée, le Mag 2, présentée en comprimés (magnésium carbonate) ou sous forme d’ampoules buvables (magnésium pidolate).

Comment se procurer le chlorure de magnésium (et le nigari)

Le chlorure de magnésium, pharmacie

Comme expliqué plus haut (voir la partie « Fabrication et industrie du chlorure de magnésium » ), le chlorure de magnésium se présente toujours sous forme hydratée. Dans le cas de celui que la société COOPER distribue dans les pharmacies, il s’agit de MgCl24,5H20, qui associe donc chaque molécule de chlorure de magnésium à 4,5 molécules d’eau. En proportion, un sachet de 20 g sous cette présentation apportera 10,8 g de chlorure de magnésium équivalent anhydre (sans eau) et 2,75 g (soit 2 750 mg) de magnésium. Une cure de 20 jours à raison d’1 verre de 100 à 125 ml par jour de la solution de chlorure de magnésium à 20 g/l apportera donc entre 270 et 345 mg de magnésium par jour, c’est-à-dire une dose proche des AJR pour un adulte. Cette quantité, qui peut paraître élevée, est à relativiser du fait que seul 1/3 du magnésium environ qui passe par le système digestif est effectivement assimilé.

Le nigari est généralement vendu en conditionnement de 100 g (de l’ordre de 2 €) ou de 1 kg (généralement entre 6 et 7€). La marque la plus disponible est Celnat, qui annonce une teneur de son produit en chlorure de magnésium d’un peu moins de 60 % pour une humidité résiduelle de 30 %.

Prix et coût de revient au quotidien

S’agit-il d’opportunisme ou d’augmentation réelle des coûts de fabrication ? Le prix du chlorure de magnésium en sachet de 20 g a considérablement augmenté ces dernières années, pour passer de moins de 1 €/sachet à souvent plus de 1,50 € voire 2 € dans certains cas. Cela peut paraître exagéré, mais le coût de revient de la cure, correspondant à un sachet pour 10 jours reste très raisonnable. Le coût de revient oscille donc entre 0,1 € (1 verre par jour pour un sachet acheté à 1 €) et 0,4 €/jour (2 verres par jour pour un sachet acheté à 2 €) de cure.

Stockage et conservation

Le chlorure de magnésium, qu’il soit pur ou dans le nigari, est très sensible à l’humidité (on dit « hygroscopique», c’est-à-dire qu’il a une forte tendance à attirer l’eau). Un sachet de chlorure de magnésium de 20 g ouvert devra donc être dilué rapidement, et le sachet de nigari devra être refermé soigneusement et stocké au sec et à l’abri de toute source de pollution et d’odeurs. Si ce n’est pas le cas, le chlorure de magnésium va finir par devenir liquide et couler. Une solution simple et économique consiste à stocker les sachets dans un bocal en verre hermétique.

Chlorure de magnésium : ce que l’on sait moins

Il est toujours intéressant de se pencher sur les aspects industriels des produits que l’on consomme. Cela est valable aussi pour le chlorure de magnésium, dans la mesure où celui que l’on trouve en pharmacie est un produit de synthèse, qui est d’ailleurs soumis à des règles strictes en termes de pureté et de sécurité alimentaire.

Fabrication et industrie du chlorure de magnésium

Le chlorure de magnésium est le sel de magnésium de l’acide chlorhydrique. C’est un composé naturel à l’origine,que l’on peut notamment extraire d’eau de mer par hydrolyse (exploitation à ciel ouvert dans la mer Morte par exemple) , ou de mines (carnallite, bischofite).La source naturelle de chlorure de magnésium disponible en magasin est le nigari, extrait de l’eau de mer et provenant le plus souvent du Japon.Mais la pharmacie moderne est majoritairement constituée de produits de synthèse, et le chlorure de magnésium que l’on trouve en pharmacie ne fait pas exception à la règle.L’industriel leader du chlorure de magnésium s’appelle MACCO, et son usine de fabrication pour ce produit, qui est d’ailleurs la plus grosse au monde, est localisée à Bruntál, en République tchèque (voir http://www.macco.cz/) . Le chlorure de magnésium industriel est préparé en dissolvant de l’oxyde, de l’hydroxyde ou du carbonate de magnésium dansune solution aqueuse d’acide chlorhydrique, suivi d’une cristallisation du chlorure de magnésium hydraté. Pourquoi hydraté ? Parce que la forme anhydre (totalement exempte d’eau) du chlorure de magnésium est très difficile à obtenir et à conserver parce qu’elle se charge spontanément d’eau dans des proportions difficilement contrôlables. C’est pourquoi le chlorure de magnésium est disponible à la vente en format « hexahydraté » , ou MgCl2•6H20, qui s’est adjoint 6 molécules d’eau pour chaque molécule de chlorure de magnésium. Il existe également en versions 4H20 (tétrahydraté ; il est alors qualifié – abusivement – de « séché ») et 5H20 (pentahydraté), mais plus rares car moins stables que la version en 6H2O. Les versions hydratées du chlorure de magnésium restent malgré tout sensibles à l’humidité et se transforment en liquides sirupeux difficilement utilisables si elles ne sont pas conditionnées dans des contenants étanches.

Chlorure de magnésium : ce que l’on sait moins

Chlorure de magnésium, eau de mer.

Il existe également des processus de fabrication industriels qui ne font pas intervenir d’étape de synthèse, puisque le chlorure de magnésium est directement extrait de dépôts géologiques (bischofite, formule MgCl26H2O, carnallite, formule KMgCl36H2O) par solubilisation souterraine dans des cavités parfois très profondes (plus de 1 500 m) . Ces solutions sont ensuite remontées en surface puis recristallisées, ce qui permet d’en séparer les différents composants et de réinjecter éventuellement dans les cavités les substances non retenues, qui vont permettre d’éviter les affaissements géologiques. Une société néerlandaise utilise ce procédé plus « direct » et plus proche du produit naturel (voir www.nedmag.nl) .Le chlorure de magnésium n’est pas un produit « classé » au sens de la réglementation des produits chimiques dangereux, mais il est mentionné comme irritant potentiel (symbole de la croix noire sur fond orange) . La fiche de données de sécurité est cependant extrêmement rassurante quant à sa toxicité aiguë éventuelle, dans la mesure où sa DL50 sur le rat (c’est-à-dire la dose causant la mort de 50 % de l’échantillon testé) est de 8 100 mg/kg. Ce qui revient à dire que, si l’on extrapole sur un individu humain de 70 kg, la DL50 de probabilité dépassera les 560 grammes… Ce chiffre, obtenu à partir d’un simple produit en croix, n’est probablement pas tout à fait exact (car il ne tient pas compte d’autres facteurs, telle la différence de physiologie entre le rat et l’être humain) , mais il donne un ordre de grandeur. Un autre élément de comparaison intéressant est la DL50 de notre sel de table, le chlorure de sodium NaCl, qui est de 3 000 mg/kg (3 g/kg) . La toxicité dite aiguë du chlorure de magnésium établie par ces tests peut donc être considérée comme près de 3 fois inférieure à celle de notre sel de table. Même si cette transposition est très imparfaite et ne peut en aucun cas être considérée comme une donnée validée sur l’homme, elle donne quelques ordres de grandeur intéressants.

À quoi sert-il dans l’industrie ?

Le chlorure de magnésium, en tant que produit industriel, est disponible sur le marché sous différentes « qualités » : la qualité technique (technical grade ou industrial grade en anglais) , la qualité alimentaire humaine et animale (food grade et feed grade) , et la qualité pharmaceutique (pharmaceutical grade-USP) . À chacune de ces qualités correspondent des usages prévus et des degrés de pureté et de précaution dans la fabrication, le conditionnement, le stockage, qui sont eux-mêmes régis par des référentiels. Le chlorure de magnésium technique est utilisé pour la production d’oxyde, d’hydroxyde et de carbonate de magnésium (qui sont aussi les matières premières les plus fréquentes de sa fabrication!) , pour la fabrication du magnésium métallique, pour l’ignifugation du bois et d’autres matériaux… En termes de tonnages, le chlorure de magnésium industriel est principalement utilisé comme sel de déneigement (8,5 fois plus performant que le chlorure de sodium NaCl, voir Van Emmerik S. & Peschar A. Better than NaCl ? De-icing revisited, June 1, 2011) et comme dépoussiérant (grâce à sa très forte propriété hygroscopique, c’est-à-dire d’absorption de l’humidité) . Le chlorure de magnésium de qualité alimentaire est celui qui sert comme additif dans les aliments préparés, répertorié sous le code E511. Il est réglementé par le FCC ou Food Chemical Codex. Le E511 est listé par le FCC comme agent de rétention de la couleur, affermissant et stabilisant, il peut être ajouté à de nombreux aliments, et à n’importe quelle dose. La qualité alimentaire est aussi celle qui est utilisée le plus souvent pour les cosmétiques. Ainsi, il y a fort à parier que la crème Cytodelbiase à base de chlorure de magnésium utilise cette qualité. Le chlorure de magnésium étant également très utilisé dans l’alimentation animale pour son apport en magnésium, il existe une qualité dédiée « nutrition animale » (ou feed en anglais) , qui respecte les prescriptions vétérinaires. Il est alors le plus souvent mis en oeuvre sous forme liquide.

Le chlorure de magnésium pharmaceutique est utilisé dans diverses préparations, souvent en gastro-entérologie en qualité de laxatif. C’est aussi souvent celui qui est associé à la vitamine B6, qui favorise l’assimilation du magnésium,dans les préparations qui peuvent d’ailleurs relever aussi bien de la réglementation des médicaments que de celle des additifs alimentaires (dans ce cas, la qualité « alimentaire » sera réglementairement suffisante) . Maintenant que le décor est planté, passons aux aspects pratiques. Vous constaterez que l’apprentissage est rapide, la mise en oeuvre facile et l’utilisation sans difficulté particulière.